Livraison en 1 jour depuis 15 entrepôts locaux vers toutes les régions des États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, la France, tous les autres pays de l'UE, Dubaï, le Brésil, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la NZ.
Parlez à notre chatbot Clawdia pour des réponses instantanées ou envoyez-nous un e-mail à support@fipmed.co pour des réponses dans les 2 heures.

La PIF est-elle contagieuse ? Comment la PIF se transmet-elle ?

La PIF est-elle contagieuse ? Bien qu’elle ne soit pas aussi contagieuse que d’autres maladies félines, la PIF reste un virus infectieux et tout propriétaire de chat doit être conscient des risques potentiels.

La péritonite infectieuse féline (PIF) est généralement considérée comme moins contagieuse que d’autres maladies infectieuses félines courantes.

Par rapport à d’autres maladies infectieuses auxquelles les chats peuvent être vulnérables, la probabilité de transmission de la PIF est plus faible. La péritonite infectieuse féline (PIF) est due à une infection par le coronavirus félin (FCoV).

Bien que ce virus soit contagieux et puisse se transmettre d’un chat à l’autre, il est généralement considéré comme moins contagieux que ceux liés aux infections des voies respiratoires supérieures ou à la panleucopénie, particulièrement mortelle.

Il convient également de noter que la PIF n’affecte pas tous les chats, même lorsqu’ils sont exposés ; des facteurs tels que l’âge, la race, la génétique, le niveau de stress et un certain nombre d’autres facteurs influencent la probabilité qu’ils développent la maladie après avoir été exposés.

Types de virus de la PIF

La péritonite infectieuse féline (PIF) est causée par deux virus distincts, le coronavirus entérique félin (FECV) et le coronavirus félin de type 2 (FCoV).

FECV

Le coronavirus félin (FCoV) est un virus hautement infectieux associé à la péritonite infectieuse féline (PIF). Il peut être excrété par les chats infectés et la transmission se fait principalement par contact direct avec ces sécrétions ou les surfaces qui en contiennent.

Il est donc propice à la transmission par fomite, c’est-à-dire le transfert de microbes entre les surfaces et les doigts vers la bouche. Pour réduire la vulnérabilité de votre chat aux infections par le FCoV, adoptez en permanence de bonnes habitudes d’hygiène.

Dans la mesure du possible, essayez également de réduire le niveau de stress – gardez plusieurs chats dans des pièces séparées si nécessaire – car des études ont montré que les chats soumis à un niveau de stress élevé sont plus susceptibles d’attraper des maladies telles que la PIF en raison de l’affaiblissement de leur système immunitaire.

FCoV

Le coronavirus félin, communément appelé FCoV, est un agent pathogène viral infectieux appartenant à la famille des Coronaviridae. Bien que le FCoV soit une cause relativement fréquente de maladie gastro-intestinale légère et spontanément résolutive chez les chats, il peut être excrété de manière intermittente par les chats infectés pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Le virus a une faible spécificité d’espèce, ce qui signifie que d’autres animaux, tels que les chiens ou les animaux sauvages, peuvent également être infectés par ce virus.

Le FCoV se transmet le plus souvent par contact direct entre deux chats, le porteur asymptomatique transmettant la maladie à son insu à un autre chat. Le virus peut également s’introduire indirectement par le biais d’objets contaminés, tels que des plats de nourriture et d’eau ou des jouets partagés par plusieurs chats vivant sous le même toit.

Il est même possible que les particules de l’espace respiratoire, comme les squames de fourrure et les fluides respiratoires contenant de grandes quantités de particules virales, propagent des agents contagieux s’ils sont inhalés par les félins environnants.

 

Voici une comparaison générale de la contagiosité de la PIF par rapport à d’autres maladies infectieuses chez le chat :

La PIF est généralement considérée comme moins contagieuse que la panleucopénie, les infections des voies respiratoires supérieures, le FIV et le FeLV.

Panleucopénie féline (maladie de Carré)

La panleucopénie féline, également connue sous le nom de maladie de Carré, est une infection virale contagieuse chez les chats, causée par le parvovirus félin. Elle touche principalement les chatons et les chats non vaccinés, mais peut infecter les félins de tous âges et de toutes races.

Le virus est présent dans toutes les excrétions, en particulier les fèces, ce qui signifie qu’il peut être transmis très facilement d’un chat à l’autre par contact direct ou indirect.

Les signes cliniques varient en fonction de la souche du virus et de l’âge du chat affecté ; toutefois, les symptômes peuvent inclure : fièvre ou température basse, léthargie/dépression, perte d’appétit et vomissements, la diarrhée contenant du sang étant des indicateurs courants des infections par le FPlV.

Dans certains cas, elle peut même être fatale si elle n’est pas correctement diagnostiquée et traitée immédiatement. Il ne faut pas confondre cette maladie avec la péritonite infectieuse féline (PIF), car bien qu’elles présentent des symptômes similaires, il s’agit de deux virus différents qui affectent les chats différemment.

Infections des voies respiratoires supérieures

Les infections des voies respiratoires supérieures (IVS) sont les maladies infectieuses les plus courantes chez les chats. Comme d’autres maladies, les IRS peuvent être causées par un certain nombre de virus et de bactéries, notamment le calicivirus, l’herpèsvirus, l’adénovirus, Bordetella bronchiseptica et Chlamydophila felis.

Les symptômes peuvent être les suivants : éternuements ou toux, congestion ou écoulement nasal, rougeur ou écoulement oculaire, manque d’appétit, fièvre, léthargie, ulcération de la bouche et de la gorge et déshydratation.

Bien que plus rare que les autres infections des voies respiratoires supérieures, le virus de la leucémie féline (FeLV) est également parfois associé à cette infection, bien qu’il ne provoque aucun symptôme.

La manière la plus courante dont les chats contractent une infection des voies respiratoires supérieures est le contact avec un autre chat infecté, directement ou indirectement – par exemple en se toilettant l’un l’autre pendant qu’ils jouent ou en partageant leurs bols de nourriture ou leur litière – mais la transmission par voie aérienne à partir d’objets contaminés tels que des particules de poussière emportées par le vent et porteuses de l’agent infectieux peut également se produire.

Virus de l’immunodéficience féline (FIV) et virus de la leucémie féline (FeLV)

Il s’agit de deux rétrovirus qui attaquent les cellules du chat impliquées dans la réponse immunitaire, rendant les chats plus sensibles à d’autres infections. Le FIV se transmet le plus souvent par des morsures profondes, tandis que le FeLV se transmet principalement de la mère au chaton ou par la salive et les sécrétions nasales.

Ces deux virus peuvent entraîner une diminution de l’immunité, ce qui augmente le risque d’infections opportunistes persistantes et récurrentes, telles que le S kinneria turicensis, la Bartonella henselae, le virus de la stomatite (FHV) et lacalисilitis.

Ils sont tous deux connus pour provoquer le syndrome d’immunodéficience (similaire au VIH/sida chez l’homme), qui diminue l’immunité naturelle des chats contre des maladies telles que le cancer et les maladies bactériennes.

 

Comment la PIF se transmet-elle ?

La PIF se transmet généralement par contact direct, contact indirect, voie fécale-orale et gouttelettes respiratoires. En savoir plus pour mieux comprendre comment votre chat peut être affecté et prendre des précautions !

Contact direct

Le contact direct est le moyen le plus simple et le plus courant pour les chats de contracter la PIF. Un chat infecté peut transmettre son virus directement à un autre par contact direct, par exemple en se toilettant mutuellement ou en partageant sa gamelle ou sa litière.

En outre, le virus peut également être transmis par des interactions physiques plus étroites, comme les câlins avec des propriétaires qui ont récemment été en contact avec des chats connus pour être porteurs du FCoV.

Un autre facteur important est la propagation du FCoV d’un chat à l’autre par des gouttelettes éternuées. Bien que cette forme de transmission soit moins fréquente que d’autres infections, elle reste l’un des modes de propagation de l’infection entre les animaux.

Il est donc essentiel que les propriétaires d’animaux de compagnie apprennent à ces derniers à adopter de bonnes habitudes d’hygiène et fassent toujours très attention lorsqu’ils se blottissent contre leurs chatons.

Contact indirect

Le contact indirect peut jouer un rôle important dans la transmission de la péritonite infectieuse féline (PIF). Il s’agit du contact avec des surfaces ou des objets contaminés qui ont été touchés par un chat infecté, connus sous le nom de fomites.

Les fomites tels que les vêtements, les jouets et le matériel de toilettage peuvent contaminer la fourrure d’un chat et porter le virus pendant une courte période avant qu’il ne disparaisse de ces surfaces. Comme les chats se toilettent souvent et toilettent d’autres chats, ils risquent d’être infectés par ce biais, même s’il n’y a pas eu de contact direct entre eux.

Non seulement le virus peut être transmis indirectement par contact avec des matières humides telles que les bols d’eau, mais les matières sèches telles que les litières peuvent également servir de vecteur si de la salive ou des fèces contenant des particules sont entrées en contact avec une surface qui est ensuite touchée par un autre chat.

Les foyers à plusieurs chats ou les environnements surpeuplés peuvent être particulièrement propices à la transmission indirecte du virus, car il existe de nombreuses surfaces susceptibles d’être contaminées fréquemment.

Voie fécale-orale

La voie fécale-orale est l’un des modes de transmission les plus courants de la PIF chez les chats. Le coronavirus félin (FCoV) peut être présent dans la salive des chats infectés, mais il se transmet principalement par contact avec des excréments contaminés par un chat infecté.

Ce type de transmission se produit lorsqu’un chat non infecté consomme du matériel qui est entré en contact avec le complexe viral à partir d’une litière ou d’une autre surface, comme les bols de nourriture et la litière.

En raison de sa nature transmissible, la promiscuité augmente le risque de transmission en raison des niveaux élevés de contamination fécale. Dans les foyers où il y a plusieurs chats, les propriétaires doivent séparer leurs chats et leur fournir des soins et une attention individualisés chaque fois que cela est possible.

Cela signifie qu’il faut donner à chaque chat son propre bac à litière, facile d’accès pour le nettoyer après utilisation.

Il est également important de ne pas se contenter d’un nettoyage régulier, mais de désinfecter chaque semaine les surfaces utilisées par tous les chats dans les foyers à plusieurs chats, afin de réduire le risque de transmission.

Gouttelettes respiratoires

La PIF se transmet rarement par les gouttelettes respiratoires éternuées ou toussées. Le virus peut se propager dans l’air et contaminer l’environnement du chat, mais il nécessite un contact étroit pour se transmettre d’un animal à l’autre.

Les chats vivant dans des conditions de promiscuité, par exemple dans des refuges ou des colonies, sont plus exposés au risque de contracter la PIF en raison de la proximité entre les animaux.

Lorsque les humains manipulent des chats infectieux, ils doivent adopter une bonne hygiène personnelle, en particulier lorsqu’ils éternuent et toussent en présence d’autres chats dont le niveau d’immunité est plus faible et qui peuvent être plus susceptibles d’attraper la PIF.

Par ailleurs, l’utilisation de techniques de désinfection efficaces et la stérilisation régulière des zones exposées à du matériel infecté, comme la literie, la vaisselle, les déchets, etc.

Facteurs influençant la prédisposition de votre chat à la PIF

L’âge, la race, les conditions de vie, la génétique, le stress et l’état du système immunitaire peuvent tous influencer le risque de PIF chez les chats.

L’âge

Les chats de moins de deux ans sont le plus souvent touchés par la PIF, avec environ 80 % de tous les cas apparaissant chez les chats de cette tranche d’âge. Les chatons âgés de 4 à 12 mois présentent le risque le plus élevé de contracter la PIF ; près de la moitié des chats diagnostiqués appartiennent à ce groupe d’âge.

Même les chatons les plus jeunes peuvent être vulnérables à la transmission du virus en raison de leur système immunitaire non développé et de leur sensibilité aux facteurs de stress environnementaux.

En outre, certaines races, comme les siamois ou les birmans, peuvent être plus sujettes à la PIF en raison d’une disposition génétique, même si la PIF n’est pas déterminée uniquement par la race elle-même. Les guépards sont également plus susceptibles de développer une péritonite infectieuse féline que les autres races de chats en raison d’une déficience de leur immunité cellulaire qui les rend très vulnérables.

Race

Les propriétaires de chats de race doivent être particulièrement conscients de leur vulnérabilité à la PIF. Les chats de race pure sont plus susceptibles que les chats de race mixte de développer une PIF en raison d’une déficience génétique de leur immunité cellulaire, et certaines races telles que les guépards, les Persans, les Bengals et les Scottish Fold sont particulièrement prédisposées.

Ce risque plus élevé peut être attribué en partie à la façon dont ces races particulières ont été développées par des pratiques de consanguinité avec une diversité génétique limitée ou des cycles de reproduction accélérés, ce qui entraîne une vulnérabilité accrue aux maladies graves en raison de l’augmentation de la duplication des gènes présente lorsque des paires de gènes homozygotes se retrouvent ensemble au sein d’un même animal.

En raison de ce risque accru associé aux chats de race, il est important que les propriétaires de ces chats – ainsi que ceux qui s’occupent de chats d’autres races – comprennent la sensibilité de leur animal afin de pouvoir prendre les précautions nécessaires et gérer leur santé de manière plus efficace.

La vaccination de votre chat contre les maladies infectieuses courantes telles que la maladie de Carré ou les infections respiratoires supérieures réduira les risques d’infection ; l’adaptation des besoins alimentaires en fonction des niveaux de résilience, l’exercice en fonction des caractéristiques physiques ; la limitation de l’exposition en contrôlant les situations de promiscuité, etc.

Conditions de vie surpeuplées

La promiscuité peut avoir un impact considérable sur les chats et leur santé. La promiscuité est source de stress supplémentaire pour les chats, ce qui peut être préjudiciable car cela affaiblit le système immunitaire au fil du temps et augmente la probabilité d’attraper ou de transmettre des infections, notamment la péritonite infectieuse féline (PIF).

Le stress est particulièrement dangereux pour les jeunes chatons qui n’ont pas encore acquis une immunité optimale. Outre les conséquences psychologiques liées à la surpopulation, la proximité physique entre les individus peut faciliter la transmission directe entre chats par la salive, le léchage ou la toux de sécrétions respiratoires contaminées.

En outre, le contact indirect avec du matériel infectieux, comme les excréments d’un chat infecté sur des plats de nourriture ou des griffoirs qui sont ensuite utilisés par des chats non infectés, augmente le risque de propagation de la PIF dans un environnement surpeuplé comme les refuges et les chatteries.

C’est pourquoi il est essentiel de disposer d’un espace suffisant pour votre (vos) chat(s) afin d’améliorer son (leur) bien-être général et d’accroître sa (leur) résistance aux maladies courantes, y compris à la PIF.

Génétique

La génétique joue un rôle dans la péritonite infectieuse féline (PIF) et peut devenir un indicateur important pour déterminer sa propagation. Des études ont montré que les chats mâles sont plus fréquemment touchés que les chats femelles, ce qui souligne l’influence potentielle du sexe sur le développement de la PIF et le risque d’infection.

Les chats de Birmanie, par exemple, ont été fortement associés à certains facteurs génétiques liés à la PIF. Les chats de race pure ou de race aléatoire peuvent être susceptibles de contracter le virus par l’intermédiaire du coronavirus ou par transmission d’un autre chat atteint, mais ceux qui possèdent des gènes parfois présents dans des races spécifiques peuvent transmettre leur risque plus élevé à leur progéniture.

En ce qui concerne la reproduction, si l’un des parents est infecté par un type approprié de virus viral tel que le coronavirus entérique félin (FeCV), les chatons peuvent potentiellement recevoir un brin qui peut plus tard les amener à développer la PIF, même sans contact avec d’autres animaux infectés.

Malheureusement, comme ce transfert se produit au moment de la conception, il y a peu de chances d’inhiber les dommages causés par un gène hérité, ce qui amène les propriétaires à envisager d’autres moyens de protéger leur animal contre ce type de maladies.

Le stress

En tant que propriétaires de chats, il est important de savoir que le stress peut contribuer au développement de la péritonite infectieuse féline (PIF). Lorsque les chats sont stressés en raison d’une relocalisation, d’une intervention chirurgicale récente ou d’infections concomitantes, leur réponse immunitaire est compromise et ils sont plus susceptibles de contracter la PIF.

Dans un environnement surpeuplé où plusieurs chats se côtoient, les niveaux de stress peuvent augmenter rapidement, ce qui affaiblit encore plus l’immunité et augmente la susceptibilité à l’infection par la PIF.

En tant que parents responsables, vous pouvez prendre certaines mesures pour réduire le risque que votre animal développe la PIF : veillez à ce que les membres pacifiques de la famille disposent d’un espace suffisant à l’écart les uns des autres afin d’éviter toute compétition pour les ressources ; créez une routine quotidienne fiable – cela permet d’éviter le stress ; proposez de nombreuses activités enrichissantes telles que des griffoirs et des jouets – cela permet aux chats de rester actifs non seulement physiquement, mais aussi mentalement ; offrez régulièrement des récompenses telles que des friandises ou des croquettes afin de montrer l’estime que vous portez à votre animal.

Enfin, veillez à vous occuper régulièrement de votre animal de compagnie : lui donner de l’amour et de l’attention favorise le lien, ce qui réduit le sentiment d’abandon et, par conséquent, les inquiétudes qui se manifestent sous forme de symptômes de stress.

État du système immunitaire

L’immunité du chat joue un rôle important dans le développement de la PIF. Les chats dont le système immunitaire est affaibli sont plus susceptibles de contracter ce virus, tandis que ceux dont le système immunitaire est fort et fonctionnel peuvent présenter une résistance naturelle.

L’âge est un facteur qui affecte l’immunité d’un chat et le risque de développer la PIF. En effet, les chats âgés ont généralement une immunité plus faible que les jeunes félins, ce qui augmente leur sensibilité.

Certaines races sont également plus ou moins résistantes aux agents pathogènes tels que la PIF. Les chats de race sont souvent génétiquement prédisposés à certaines maladies, dont la PIF, mais certains chats domestiques peuvent également être résistants pour des raisons génétiques.

Le stress peut également diminuer l’immunité et rendre plus difficile la lutte contre les infections telles que la péritonite infectieuse féline. Des désagréments ou des changements qui peuvent sembler mineurs peuvent perturber considérablement les habitudes de la maison et déclencher des crises dans le système de défense immunitaire de votre chaton, ce qui peut le rendre vulnérable.

Même les guépards gardés en captivité sont sujets à la PIF en raison d’une déficience génétique inhibant des composants spécifiques de leur immunité cellulaire, ce qui les rend très sensibles.

Conclusion

La péritonite infectieuse féline (PIF) n’est généralement pas considérée comme une maladie très contagieuse, bien qu’elle puisse se propager par contact avec les excréments et par transmission respiratoire. De bonnes pratiques d’hygiène sont importantes pour réduire le risque de PIF, tandis que la réduction du stress chez les chats est également essentielle pour empêcher la mutation du virus.

Bien que la PIF ne soit pas aussi fréquente ou facile à propager que d’autres maladies félines, elle mérite d’être prise en considération par tous les propriétaires d’animaux de compagnie qui souhaitent comprendre l’infection et ses risques potentiels.

error: Content is protected
0