1 day delivery from 15 local warehouses to all US regions, Canada, UK, Germany, Italy, France, all other EU countries, Dubai, Brazil, Japan, South Korea, Australia & NZ.
Talk to our chatbot Clawdia for instant answers or email us support@fipmed.co for replies within 2 hours.

PIF du chat : 10 choses à faire dès que votre chat est diagnostiqué comme étant atteint de PIF du chat

cat fip

Cela peut être déconcertant si vous venez d’apprendre que votre chat est atteint de PIF. Si c’est votre cas, nous comprenons, mais nous sommes là pour vous aider. Si votre chat a été diagnostiqué avec la PIF, voici 10 choses que vous pouvez faire.

1. Demander l’avis d’un vétérinaire expert en PIF du chat

Pour les propriétaires de chats, le diagnostic de PIF peut être une perspective effrayante. Bien que cette affection soit complexe et grave, une intervention opportune et des soins spécialisés peuvent faire toute la différence pour le bien-être de votre animal de compagnie bien-aimé.

Votre vétérinaire pourra vous indiquer comment garantir à votre chat les meilleures chances de survie. Même avec un traitement approprié, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour améliorer les chances de survie de votre chat.

Certains chats pourront rentrer chez eux sans problème, tandis que les cas les plus graves devront être hospitalisés pour bénéficier de meilleurs soins médicaux.

2. Commencer le traitement avec le GS441524

Le traitement de la péritonite infectieuse féline (PIF) avec le GS441524 est la première étape pour aider les chats à survivre. GS441524, est un traitement antiviral oral contre la PIF qui s’est avéré très efficace et remarquablement sûr pour les chats atteints de cette maladie grave.

Lorsqu’il est commencé rapidement et en suivant les instructions du médecin, le GS 441524 peut s’avérer salvateur ; des études révèlent un taux de réussite de 90 %.

Les effets indésirables potentiels sont relativement faibles, mais comprennent des changements d’appétit, de préférences alimentaires et de comportement, ainsi que des épisodes temporaires de diarrhée ou de vomissement au cours des premiers jours d’administration – tous facilement gérables sous la surveillance étroite d’un vétérinaire.

Dans les cas les plus graves, un traitement prioritaire à base de corticostéroïdes auto-injectables doit accompagner le début d’une thérapie orale à long terme. Le maintien d’un soutien symptomatique optimal, tel qu’un apport nutritionnel et des protocoles d’hygiène minutieux pendant toute la durée du traitement, facilitera considérablement le rétablissement de votre chat.

3. Gérer les symptômes et soulager la douleur de la PIF chez le chat

Lorsqu’un félin a été diagnostiqué avec la PIF, il est important de prendre des mesures immédiates pour gérer ses symptômes et soulager sa douleur. La PIF est une maladie complexe qui peut causer de l’inconfort aux chats, c’est pourquoi il est essentiel de gérer les symptômes de cette maladie chronique.

L’utilisation d’analgésiques est parfois nécessaire si votre chat semble être mal à l’aise et souffrir. Les antibiotiques peuvent également aider à traiter certaines infections bactériennes pouvant être causées par la PIF. Dans certains cas, lorsque le chat est atteint d’une PIF avancée, des stéroïdes peuvent être nécessaires pour réduire l’inflammation au début. Cependant, les stéroïdes doivent être arrêtés immédiatement une fois le chat stabilisé, car ils interfèrent avec le traitement antiviral de la PIF.

4. Hydrater avec des fluides sous-cutanés

La péritonite infectieuse féline (PIF) est une maladie grave et souvent mortelle. Dans le cadre du plan de traitement, l’administration de liquide sous-cutané peut être recommandée pour aider à gérer l’état d’un chat atteint de PIF.

Il s’agit de fournir des liquides sous la peau pour une absorption lente dans la circulation sanguine et le corps afin de garantir des niveaux d’hydratation adéquats et d’améliorer l’état de santé général. La fluidothérapie à domicile peut être bénéfique car elle aide les chats atteints d’affections médicales nécessitant un apport supplémentaire de liquides – comme le chat atteint de la PIF – à rester hydratés sans avoir à se rendre fréquemment chez le vétérinaire pour des traitements par voie intraveineuse.

Les administrations de fluides sous-cutanés (SQF) doivent être effectuées de manière continue ; toutefois, il existe des lignes directrices concernant la fréquence de ces administrations. La plupart des chats ont besoin d’un SQF de routine entre une fois par semaine et une fois par jour, en fonction de leur état de santé général, de leur niveau de déshydratation actuel et d’autres facteurs déterminés par votre vétérinaire ou l’équipe de soins vétérinaires.

Pour déterminer si les SQF sont nécessaires et à quelle fréquence ils doivent avoir lieu, discutez-en directement avec votre vétérinaire pour obtenir des conseils appropriés avant de commencer les séances de traitement à domicile.

Si elle est effectuée correctement à l’aide d’aiguilles et d’équipements stériles, conformément aux instructions de votre vétérinaire, l’administration de SQF à domicile peut apporter un soulagement bienvenu tout en évitant un stress inutile lors des contrôles réguliers chez le vétérinaire en raison de maladies occasionnelles telles que la PIF chez les chats et les chatons.

 

5. Soutien nutritionnel pour la PIF chez le chat

Le soutien nutritionnel est un élément essentiel de la prise en charge de la PIF chez le chat. Les nutriments jouent un rôle essentiel en soutenant leur santé générale et en les aidant à combattre le virus à l’origine de la maladie.

En ce qui concerne la PIF du chat, des besoins alimentaires spécifiques doivent être pris en compte pour le bien-être de votre chat. En fait, certains chats ont développé la PIF en raison d’une mauvaise alimentation qui contribue à affaiblir leur système immunitaire.

Le système immunitaire joue un rôle important dans le contrôle et la lutte contre l’infection causée par la PIF. Une alimentation appropriée est donc essentielle pour promouvoir une santé optimale et minimiser la récurrence ou l’apparition de cette maladie complexe.

Changez l’alimentation de votre chat pour un régime à base de bœuf cru et donnez-lui du bouillon d’os pour qu’il ait plus de liquide. Vous pouvez également prendre ces vitamines en supplément :

Acides gras oméga-3 : Les acides gras oméga-3, que l’on trouve couramment dans les compléments alimentaires à base d’huile de poisson, peuvent contribuer à réduire l’inflammation et à améliorer l’état de santé général de votre chat. Ils peuvent aider à résoudre les problèmes liés à la PIF, tels que l’accumulation de liquide et l’inflammation.

Antioxydants: les vitamines C et E, par exemple, peuvent contribuer à réduire le stress oxydatif et à soutenir le système immunitaire. Votre vétérinaire peut vous conseiller sur la meilleure dose pour votre chat.

Les probiotiques : Les probiotiques peuvent contribuer à la santé gastro-intestinale et au système immunitaire de votre chat. Comme la PIF peut avoir un impact sur le tube digestif, les probiotiques peuvent être utiles.

Soutien du système immunitaire : En collaboration avec votre vétérinaire, envisagez de prendre des suppléments pour le système immunitaire, tels que des bêta-glucanes ou des immunomodulateurs.

Les vitamines B : Les vitamines B, en particulier la B-12, sont bénéfiques pour la santé et le bien-être en général. Un supplément de vitamine B complexe peut être conseillé dans de rares cas.

ÉVITER la L-Lysine : La lysine est un acide aminé qui peut aider à soulager les symptômes des voies respiratoires supérieures causés par la PIF, mais elle ne peut pas traiter directement la maladie. Elle entrave également le traitement de la PIF.

 

6. Créer un environnement confortable et propre

La création et le maintien d’un environnement confortable et propre pour les chats atteints de PIF sont essentiels à leur santé générale. Un espace de vie propre peut contribuer à réduire les symptômes d’inconfort causés par l’inflammation et à diminuer la gravité de l’immunosuppression associée à la PIF.

Les propriétaires de chats peuvent créer ce type d’atmosphère en veillant à ce que les bacs à litière, les écuelles d’eau et les gamelles soient exempts de débris ou de saletés susceptibles d’aggraver le stress du système immunitaire affaibli du chat.

En outre, il est important d’éviter la surpopulation dans votre maison, car cela peut contribuer à l’apparition d’autres infections chez les chats. Cela pourrait augmenter le risque de développer une PIF chez le chat ou exacerber des conditions existantes telles que des problèmes gastro-intestinaux liés à l’infection par le coronavirus.

 

7. Mettre en œuvre des mesures d’hygiène strictes

Lorsqu’un chat est diagnostiqué avec la PIF, les propriétaires doivent agir rapidement pour protéger leurs autres chats et empêcher la propagation de la maladie. Il est essentiel de mettre en place des mesures d’hygiène strictes, notamment en isolant le chat infecté, en nettoyant et en désinfectant l’environnement, en minimisant les contacts entre chats et en se lavant les mains après avoir manipulé un animal infecté.

L’objectif de la mise en œuvre de ces protocoles est double : premièrement, il s’agit de réduire le risque en empêchant la transmission de la PIF à l’intérieur ou à l’extérieur du foyer. Deuxièmement, il contribue à créer un environnement confortable pour les chats concernés tout en réduisant l’inconfort qu’ils peuvent ressentir en raison de symptômes physiques tels que la fièvre ou les problèmes digestifs.

Toutes les surfaces des habitations doivent être régulièrement nettoyées à l’aide de désinfectants approuvés par les professionnels de la médecine vétérinaire pendant au moins 10 minutes par jour afin de réduire la contamination bactérienne causée par les gouttelettes aérosolisées produites lorsque les chats toussent ou éternuent.

En outre, une bonne hygiène des mains, c’est-à-dire un lavage soigneux des mains immédiatement après un contact avec un animal infecté, réduit considérablement le risque de transmission d’une personne à l’autre.

Il est conseillé aux propriétaires de chats non seulement de porter des gants lorsque cela est nécessaire, mais aussi de laver régulièrement leur animal pour limiter l’exposition. En prenant au sérieux chaque étape du diagnostic et des phases de mise en œuvre préconisées par les experts, les parents d’animaux de compagnie feront tout ce qui est en leur pouvoir pour améliorer la qualité de vie des animaux vivant avec cette maladie.

 

8. Appliquer les protocoles d’isolement des chats dans le cadre du PIF pour les foyers à chats multiples

Lorsqu’un chat est diagnostiqué avec une péritonite infectieuse féline (PIF) dans un foyer comptant plusieurs chats, il est essentiel d’isoler le chat atteint de la PIF des autres chats afin d’éviter toute propagation et de protéger les autres chats. Bien qu’il soit difficile d’empêcher complètement votre animal d’interagir avec d’autres félins, vous pouvez prendre certaines mesures qui réduisent considérablement le risque d’infection.

La PIF se transmet principalement par contact avec des excréments infectés dans des bacs à litière partagés ou sur des surfaces. Lorsque les chats se rapprochent ou jouent brutalement, ils peuvent potentiellement transmettre des maladies telles que la PIF, c’est pourquoi la réduction de ces activités doit être une priorité absolue pour les propriétaires dont les chats ont été diagnostiqués.

Il est important de faire attention aux bols et aux litières partagés et d’éviter, dans la mesure du possible, les contacts directs entre plusieurs chats. Le FIPV se propage à partir des matières fécales. L’idéal est donc d’avoir des litières séparées pour chaque chat. Créez des jouets amusants, des planches à gratter et des cachettes spécialement pour votre chat toutes les deux semaines afin qu’il ne soit pas jaloux de ce qui appartient à d’autres.

De plus, si vous pouvez loger chaque animal séparément, le fait de les garder dans des pièces différentes de la maison permet non seulement de réduire le stress, mais aussi d’éloigner les maladies ! La mise en œuvre de protocoles d’isolement appropriés permet de réduire le risque de transmission du coronavirus félin aux chats non vaccinés ou immunodéprimés atteints de PIF.

Il s’agit également de supprimer les espaces extérieurs partagés, les contacts avec les bols de nourriture et les vêtements susceptibles de propager des germes par la salive, les poils, etc. Vous devriez également envisager de recommander que tous les chats en bonne santé vivant sous le même toit soient vaccinés au moins deux fois par an contre les maladies virales complexes FIV/FeLV telles que la PIF.

Si vous remarquez des signes de maladie infectieuse ou si les résultats des tests sont positifs pour le FeLV, tenez ces animaux à l’écart de votre zone de quarantaine. Non seulement ces virus peuvent entraîner des maladies graves, mais une exposition continue peut également introduire de nouvelles infections dans un environnement isolé, ce qui pourrait aggraver l’état de votre animal plus rapidement avant le début du traitement.

 

9. Surveillez l’état de santé de votre chat

Il est très important de surveiller de près l’état de santé de votre chat et de consulter immédiatement un vétérinaire si la PIF a été diagnostiquée. Les symptômes de la PIF du chat peuvent varier considérablement d’un cas à l’autre et tout changement dans le comportement ou la santé de votre chat doit être immédiatement discuté avec des professionnels expérimentés tels qu’un vétérinaire.

Des examens vétérinaires réguliers sont essentiels pour un diagnostic et un traitement précoces du virus, ce qui permet de mettre en place des stratégies de gestion efficaces, de soulager les symptômes et de prolonger la vie de votre animal.

Dans le cas d’une maison où plusieurs chats sont susceptibles d’entrer en contact les uns avec les autres, il est recommandé d’appliquer des protocoles d’isolement jusqu’à ce que l’évolution de la maladie du chat infecté puisse être contrôlée par un vétérinaire professionnel.

Les signes d’alerte comprennent une perte de poids importante, une fatigue/léthargie extrême, des pics de fièvre, une confusion ou une désorientation – autant de signes qui nécessitent une intervention médicale urgente.

10. Limiter l’exposition aux autres chats

Enfin, l’accès à l’extérieur doit également être limité, car les animaux sauvages peuvent être porteurs de maladies susceptibles d’aggraver les risques encourus par votre chaton atteint de PIF. En évitant les zones rasées à l’extérieur, où les oiseaux et les bestioles peuvent facilement s’aventurer, vous réduisez considérablement les risques d’attraper quelque chose d’autre que le diagnostic existant.

La réduction des interactions physiques, principales responsables des taux de transmission, contribuera à garantir un maximum de certitude dans la prise des précautions nécessaires à la gestion de la péritonite infectieuse féline (PIF).

La prise de mesures de sécurité, telles que l’observation attentive des mesures d’hygiène personnelle tout en étant conscient de l’exposition à des environnements contaminés, fournira une protection importante contre la propagation potentielle du corona virus associée à des circonstances similaires, en particulier en ce qui concerne les foyers à plusieurs chats, de manière plus radicale – une pratique indispensable purement soutenue par la recherche médicale, encore et toujours, en particulier dans le contexte de cette maladie spécifique.

error: Content is protected
0