1 day delivery from 15 local warehouses to all US regions, Canada, UK, Germany, Italy, France, all other EU countries, Dubai, Brazil, Japan, South Korea, Australia & NZ.
Talk to our chatbot Clawdia for instant answers or email us support@fipmed.co for replies within 2 hours.

Traitement de la PIF chez le chat : Les progrès de la médecine pour la PIF sauvent des chats

Un traitement éprouvé contre la PIF est déjà disponible pour les chats. Cependant, en raison d’un manque de motivation financière, il n’existe actuellement aucun médicament répertorié pour la PIF chez les chats qui ait été officiellement approuvé. Un traitement de soutien peut soulager l’inconfort mais n’augmentera pas le taux de survie, comme les médicaments anti-inflammatoires et le drainage des fluides de la poitrine et de l’abdomen. L’euthanasie a été la meilleure option dans le passé, étant donné le taux de mortalité rapide et élevé de la maladie, mais aujourd’hui, un traitement peut être fourni avec un taux de réussite élevé.

Quelques médicaments expérimentaux sont actuellement à l’étude, notamment le GS441524, le GC376, le CL-Pro et le Remdesivir. Ces médicaments ne sont actuellement pas légalement accessibles pour une utilisation clinique chez les chats.

ANTIVIRAUX (inhibiteurs de protéase, inhibiteurs de polymérase, analogues de nucléoside)

Les seuls traitements qui donnent aujourd’hui de l’espoir aux chats atteints de PIF sont le GS441524, un analogue nucléosidique, et le GC376, un inhibiteur de protéase.

Le GS441524 reste la meilleure option pour traiter la PIF en raison de son taux de rechute inférieur à celui du GC376. Il agit également plus rapidement que le Remdesivir. En fait, le Remdesivir est un précurseur du GS441524, de sorte qu’il faut une étape supplémentaire pour que le Remdesivir soit converti en GS441524 pour qu’il fonctionne.

 

GS-441524

Il a été prouvé que ce médicament est efficace dans de nombreuses situations. Son obtention a été difficile. Le remdesivir, comme indiqué précédemment, est le protide ou prodrogue que l’organisme transforme ensuite en GS-441524. L’administration du médicament sous forme de protide ou de promédicament permet de l’introduire dans les cellules du système immunitaire qui contiennent des coronavirus immunosuppresseurs. Dans certains tests de médicaments sur les chats, le GS-441524 a été administré dans sa formulation originale sans que l’on puisse observer de taux de guérison de la PIF.

 

Le GS441524 reste actuellement notre meilleure option de traitement. Toutefois, en raison du coût élevé et du manque d’accès à ce médicament, les propriétaires de chats devraient davantage s’efforcer d’empêcher leur chat d’attraper la maladie.

 

GC376

Le GC376 peut être considéré comme un médicament antiviral à large spectre qui inhibe la Mpro de plusieurs virus, y compris les coronavirus comme le FCoV, le virus de la diarrhée épidémique porcine (PEDV), le SARS-CoV, le MERS-CoV, le SARS-CoV-2, le coronavirus du furet et du vison. Le GC376 est le promédicament du GC373, un autre inhibiteur de protéase à base de dipeptides.

Le traitement de la PIF chez les chats avec le GC376 a été associé à des effets secondaires tels que des picotements transitoires aux points d’injection, une fibrose sous-cutanée, une perte de poils et une éruption anormale des dents permanentes chez les chats juvéniles [
4
]. Par conséquent, d’autres études sont nécessaires pour évaluer les effets secondaires possibles associés à l’utilisation du GC376 dans des modèles animaux, avant son utilisation dans des essais cliniques.

Le GC376 empêche la réplication du virus FCoV par un mécanisme différent. Cependant, le taux de rechute chez les chats traités avec le GC376 est significativement plus élevé que celui du GS441524. Le GC376 se distingue lorsque les chats développent une résistance au GS441524, en particulier dans les cas de rechute. Dans ce cas, il est conseillé d’utiliser le GC376.

Des études ont également montré que l’association du GS441524 et du GC376 donnait de meilleurs résultats et permettait de raccourcir la durée du traitement à 6 semaines au lieu des 12 semaines habituelles.

 

Interféron félin

L’interféron est produit naturellement par l’organisme en réponse à une infection virale. Les vétérinaires disposent de deux types d’interférons : l’interféron oméga félin (Virbagen Omega®, fabriqué par Virbac en France) et l’interféron alpha humain, qui est commercialisé sous plusieurs noms de marque. Il est préférable d’utiliser l’interféron félin, car les interférons sont spécifiques à l’espèce : ils agissent mieux dans l’espèce d’origine.

L’interféron-omega est une injection commercialisée pour les chats atteints de PIF. Une petite étude préliminaire a montré des résultats prometteurs et, pendant une brève période, ce traitement a été intégré au traitement standard. Il s’agissait de l’un des premiers traitements disponibles pour la PIF, mais le taux de réussite était faible.

Une étude plus large, en double aveugle et contrôlée par placebo, n’a pas trouvé de bénéfice à l’interféron. L’affaire aurait dû s’arrêter là, mais le médicament est toujours disponible et les gens continuent d’invoquer le premier document sans se référer au second.

 

CORTICOSTÉROÏDES (UNIQUEMENT POUR LES PALLIATIFS)

Au début de la maladie, des médicaments de soutien (symptomatiques) peuvent être nécessaires pour maintenir les chats en vie suffisamment longtemps pour que les antiviraux agissent. Les anti-inflammatoires font souvent partie des médicaments (corticostéroïdes, AINS). Il est préférable d’éviter d’utiliser ces médicaments de manière excessive, sauf sur une courte période et uniquement s’il existe des raisons impérieuses de le faire, en particulier chez les chats extrêmement malades au cours des premiers jours.

L’objectif premier du traitement de la PIF est d’empêcher la réplication virale dans les macrophages, ce qui stoppe instantanément la production des diverses cytokines inflammatoires et immunosuppressives qui produisent les symptômes de la PIF. Alors que certains médicaments, tels que les corticostéroïdes (prednisolone) et les AINS (meloxicam), peuvent réduire les cytokines inflammatoires, le GS-441524 bloque totalement ces cytokines nocives. Dans les 24 à 48 heures, FipMed induit des améliorations significatives de la température, de l’activité, de la faim et d’autres symptômes. Cette amélioration sera nettement supérieure à celle que peut apporter n’importe quel autre médicament. Par conséquent, à moins qu’il n’y ait une raison impérieuse de continuer à utiliser d’autres médicaments, ceux-ci doivent être arrêtés dès qu’il y a une amélioration notable et constante des symptômes de la PIF.

En plus de masquer les symptômes liés à la PIF, les stéroïdes peuvent interférer avec la distribution du GS-441524 à travers la barrière hémato-encéphalique. Plusieurs études ont démontré que les stéroïdes peuvent réduire la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique. Chez les chats, la diminution de la perméabilité peut réduire l’efficacité du GS-441524 et augmenter la probabilité de rechute.

 

GS 441524 La sécurité comme traitement de la PIF

GS-441524 has been shown to be a safe and effective treatment option. The drug was originally developed as an antiviral treatment for humans but has since been repurposed for feline use.

Multiple studies have demonstrated that the drug does not cause significant adverse effects or toxicity when administered as directed.

Some cats may experience mild side effects such as nausea or lethargy during treatment. These symptoms typically resolve quickly and do not require intervention from a veterinarian.

 

error: Content is protected
0